ZHU Lichao

Université Paris 13, France

 

Cotexte et contexte dans le défigement - observations dans Le Canard enchaîné

 

Les séquences figées sont dans la plupart des cas interprétées de manière figurée, car leur sens non-compositionnel qui est lié à leur forme domine leur sens littéral. Le défigement par modification co(n)textuelle (DMC) ne s’opère pas sur la forme séquentielle, mais sur le cotexte ou/et le contexte habituel de la séquence. Le rôle de cotexte et de contexte dans le défigement est de briser les liens établis dans la langue et de les redifiger vers des liens nouveaux. La reconnaissance de ce type de défigement constitue l’une des difficultés majeures dans le décodage des séquences défigées.

            Considérons :

  1. Le patron de France Télécom à ses salariés : "Arrêtez, sinon je vais sauter avec mon parachute doré !"
(LCE, 30.9.2009)
  2. En Corse, TF1 et France 2 jouent avec le feu (LCE 05.08.2009)

            Contexte : A la télé, TF1 et France 2 ont omis de préciser qu’il s’agissait de la         reconstitution d’un incendie.

Nous distinguons clairement différents degrés de complexité dans les décodages de 1 et de 2. Pour le premier, il suffit d’examiner le schéma d’arguments du verbe « sauter » pour constater que « parachute doré » n’y figure pas, le cotexte nous permettant de déceler l’incongruité dans la distribution du verbe. Pour le second, le cotexte de la séquence ne suffisant pas à distinguer toutes les inférences de l’énoncé qui se réfère à un fait divers, il faudrait alors placer la séquence dans un contexte qui requiert des connaissances extralinguistiques ou autres.

Dans quelle mesure peut-on définir un défigement cotextuel ou un défigement contextuel ? Quels sont leurs mécanismes inférentiels ? Comment les distinguer ? C’est dans le cadre du DMC que nous tenterons d’y répondre en examinant les effets du cotexte et du contexte dans le défigement ainsi que les différentes intentions de l’encodeur véhiculées en eux.

 

Bibliographie :

Cusin-Berche, F. 2003. Les mots et leurs contextes. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle.

Galisson, R. 1983. Des mots pour communiquer. Paris : CLE.

Gross, G. 2012, Manuel d’analyse linguistique, coll. Sens et structure, Presses universitaires du Septentrion.

Kleiber, G. 1997. « Sens, référence et existence : que faire de l'extra-linguistique ? ». In: Langages, 31ᵉ année, n°127, Langue, praxis et production de sens, sous la direction de Paul Siblot, p. 9-37.

Mejri, S. 2013. « Figement et défigement : problématique théorique », Pratiques, n° 159-160, p. 79-97.

Mortureux, M.-F. 2006. La lexicologie entre langue et discours. Paris : Armand Colin.

Nunberg, G., I. A. Sag et T. Wasow. 1994. « Idioms », Language,vol.70, n° 3, p. 491-538.


Sperber, D. et D. Wilson. 1996, Relevance : Communication and Cognition, 2e éd., Wiley-Blackwell.

Sullet-Nylander, F. 2005. « Jeux de mots et défigements à la une de Libération (1973-2004) », Langage et société, n° 112, p. 111-139.

Weinreich, U. 1969, « Problems in the analysis of idioms », Substance and structure of language, University of California Press, p. 23-81.

    Auteur
    Monika Bazyl

    Suivez UMCS: