BEN AMOR Thouraya

Université de la Manouba, Tunisie

 

Les contextes de la déconstruction phraséologique

Comme l’avait si bien dit Rastier F., « les défigements témoignent de l’incidence du contexte sur la lexie, et plus généralement du global sur le local » (1997 : 311). Si l’on considère qu’il y a deux formes de défigement, l’une marquée et une autre non marquée, il serait intéressant de s’interroger sur le type de contexte interprétatif sollicité par le second type d’autant plus que, dans le cas du défigement linguistique ou discursif, le contexte n’est plus censé être désambiguïsant mais au contraire, il participe activement à la multiplication du sens et n’intervient pas seulement lorsque l’interprétation est pragmatique.

Il reste à démontrer que l’interaction avec le contexte est le seul garant des « possibles de langue » phraséologiques ; la déconstruction du sens autant que sa construction, sinon plus, exige l’arrangement d’un environnement cotextuel et ou contextuel adéquats. La gestion des sens synthétiques et analytiques, entre autres sens, comme celle des procédés de resémantisation est tributaire des potentielles recontextualisations. En optant pour le discours journalistique, particulièrement ancré dans l’actualité, nous aurons à déterminer l’impact des divers contextes sollicités.

 

Bibliographie :

Fraser T. et A. Joly (1979), « Le système de la déixis. Esquisse d’une théorie d’expression en anglais », Modèles linguistiques, 1 (2), pp. 97-157.

Halliday M.A.K. et R. Hasan (1976), Cohesion in English, London, Longman.

Kleiber G. (1994), « Contexte, interprétation et mémoire : approche standard vs approche cognitive », Langue française, n°103, pp.9-22.

Marthelot P. (2012), Karl Bühler. Du contexte à la situation, la signification, Armand Colin.

Mejri S. (2013), « Figement et défigement : problématique théorique », Perrin L. 2013, Le figement en débat, Pratiques, Numéros 159/160, CRESEF, Metz, pp.79-97.

(2016), « Le principe de fixité », Phraséologie et profils combinatoires. Lexique, syntaxe et sémantique. Hommage à Peter Blumenthal, sous la direction de Salah Mejri et Gaston Gross, Honoré de Champion, Paris, pp.245-262.

(2017), « Les trois fonctions primaires. Une approche systématique de la congruence et de la fixité dans le langage », in De la langue à l’expression : le parcours de l’expérience discursive. Hommage à Marina Aragón Cobo, coordonné par Cristiana Carvalho, Montserrat Planelles Iváñez, Elena Sandakova, Université d’Alicante, 2017, p.123-144.

Palma S. (2017), « Les bons contextes font les bonnes polarités », Cahiers de lexicologie 2017-2, n° 111, La sémantique en France : un état des lieux II, pp.235-256.

Perrin L. (2013), Le figement en débat, Pratiques, Numéros 159/160, CRESEF, Metz.

Rastier F. (1996), « Le défigement des expressions figées et leur interprétation », Polysémie et construction du sens, Collection Langue et praxis, Editeurs Khadiyatoulah Fall, Jean-Marcel Léard, Paul Siblot, pp.17-24.

(1997), « Défigements sémantiques en contexte » in La locution entre langue et usages, Textes réunis par Michel Martin-Baltar, ENS Editions, Fontenay Saint-Cloud, pp. 307-332.

(1998), « Le problème épistémologique du contexte et le statut de l’interprétation dans les sciences du langage », Langages, n°129, pp. 97-111.

    Auteur
    Monika Bazyl

    Suivez UMCS: