Jednostki i pracownicy - książka adresowa

dr hab. Marta Sobieszewska

dr hab. Marta Sobieszewska
Stanowisko
adiunkt ze stopniem
Jednostki
KATEDRA ROMANISTYKI
Adres e-mail
Wyświetl
Konsultacje

po potwierdzeniu drogą mailową: Microsoft Teams  wt 14.00 - 15.00


Lorsque le langage du droit sera devenu simple, écrivait Bentham, il ne faudra point d’école du droit pour l’expliquer, point de professeurs pour le commenter, point de glossaires pour l’entendre, point de casuistes pour en dénouéer les subtilités. (Bentham  1820, p. 399).


Le droit a mille bouches [...]. Dans ce concert, il n’est pas inutile d’écouter séparément les voix qui monologuent, celles qui dialoguent et celles qui s’accordent ou s’unissent en collège, entre autres combinaisons complexes. (G. Cornu, Linguistique juridique, 2005, p. 214).


De même qu’il faut d’abord apprendre sa langue pour connaître un peuple étranger, pour comprendre ses mœurs et pénétrer son génie, de même la langue juridique est la première enveloppe du droit, qu’il faut nécessairement traverser pour aborder l’étude de son contenu. (Henri CAPITANT dans la préface du Vocabulaire Juridique de 1936).


Si l’on en croit ce qu’il écrivait à Balzac en 1840, Stendhal, « en composant La Chartreuse, pour prendre le ton », lisait « chaque matin deux ou trois pages du Code civil, afin d'être toujours naturel. » Le Code civil, on l'a déjà dit, est une Cathédrale, classée parmi les monuments historiques du droit. Mais sur quoi se porte l'admiration des visiteurs ? « L’édifice est ancien. Il a été construit avec quelques défauts et a beaucoup souffert. Son architecture d’ensemble paraît incomplète. La distribution des espaces n’est pas homogène. Trop d’édicules ont encombré ses voûtes. Mais ce qui n’a pas cessé de provoquer l’admiration, c’est la qualité du matériau. » (DE BROGLIE G., La langue du Code civil : Bicentenaire du Code civil, séance du lundi 15 mars 2004 à l’Académie des sciences morales et politiques, p. 1).


Tout juriste doit avoir lu Balzac... Il n'y a rien de moins connu que ce que tout le monde doit savoir, LA LOI ! (Illusions Perdues,T5. 591). 


ll faut observer encore que les gens de loi ont une langue à part, un jargon qui leur est propre, une façon de s'exprimer que les autres n'entendent point; c'est dans cette belle langue inconnue que les lois sont écrites, lois multipliées à l'infini et accompagnées d'exceptions innombrables. (Jonathan Swift, 1727, Les Voyages de Gulliver, Quatrième partie, Ch.V.).


La plupart des occasions des troubles du monde sont grammairiennes. Nos procès ne naissent que du débat de l'interprétation des lois; et la plupart des guerres, de cette impuissance de n'avoir su clairement exprimer les conventions et traités d'accord des princes.(MONTAIGNE, Essais, II, 12, Apologie de Raimond Sebond).


Aktualnie prowadzone zajęcia


Séminaire : jurilinguistique


Traduction écrite de textes juridiques et administratifs 


Français juridique


Français dans les institutions de l'UE 


Grammaire descriptive du français : morphologie 


Méthodologie de la recherche en linguistique


La traduction et l'analyse linguistique des textes 


 

Adres

Pl. Marii Curie-Skłodowskiej 4A / pokój 411
20-036 Lublin

O sobie

Marta Sobieszewska, linguiste-juriste, Maître de conférences à l’Université Marie Curie‐Skłodowska de Lublin, PhD & HdR ; auteure de "Clarté et précision du discours juridique: procédés référentiels dans les arrêts de la Cour de cassation" (2019). Mes principaux thèmes de recherche portent sur le discours juridique.

Marta Sobieszewska, językoznawca-prawnik, dr hab. Moje prace badawcze koncentrują się głównie wokół dyskursu prawa oraz przekładu prawniczego. Połączenie dwóch kompetencji : językoznawczej i prawniczej, pozwala mi prowadzić badania naukowe w zakresie nowej dyscypliny - juryslingwistyki. Uzyskane wyniki badań mogą przyczyniać się do poprawy jakości języka prawa i pomagać w dążeniu do eliminowania niechlujstwa językowego. Taki cel wpisuje się w krąg inicjatyw współpracy europejskiej w zakresie redagowania w sposób jasny, precyzyjny i zrozumiały aktów prawnych. Osiągnięte wnioski są wykorzystywane w dydaktyce uniwersyteckiej. Prezentują one wiedzę czysto językoznawczą, pokazując możliwości tkwiące we właściwym przygotowaniu tekstu pod względem formalnym i merytorycznym, w użyciu odpowiednich argumentów. Jednocześnie mogą kształtować u studentów sposób myślenia i komunikowania swoich refleksji. Tłumaczom natomiast pokazują, że nie tylko znajomość terminologii danej dyscypliny jest podstawą dobrego tłumaczenia, ale także właściwy projekt i interpretacja.

ORCID : https://orcid.org/0000-0002-2429-802X

→ doktor habilitowany nauk humanistycznych w dyscyplinie językoznawstwo nadany uchwałą Rady Wydziału Humanistycznego UMCS w dniu 23 września 2019 r.  Tytuł osiągnięcia naukowego: Clarté et précision du discours juridique : procédés référentiels dans les arrêts de la Cour de Cassation [tłum. Jednoznaczność interpretacyjna i precyzja dyskursu prawa: mechanizmy referncjalne w wyrokach Cour de Cassation].

→ dr nauk humanistycznych w zakresie językoznawstwa romańskiego, stopień naukowy nadany uchwałą Rady Wydziału Humanistycznego Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej w Lublinie, z dn. 20 czerwca 2007 r. na podstawie rozprawy zatytułowanej La distinction transparence/opacité des expressions indexicales et le fonctionnement des adjectifs spatio-temporels français [tłum. Rozróżnienie przeźroczystość/nieprzeźroczystość wyrażeń indeksykalnych a funkcjonowanie francuskich przymiotników przestrzenno-czasowych].

→ mgr filologii romańskiej, Wydział Humanistyczny Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej w Lublinie, dyplom wydany dn. 20 czerwca 2000 r.

→ mgr prawa, Wydział Prawa i Administracji Uniwersytetu Marii Curie-Skłodowskiej w Lublinie, dyplom wydany dn. 27 października 2004 r.

→ mgr prawa francuskiego, Master 2 Droit, Économie, Gestion, Université d’Orléans i Uniwersytet Jagielloński w Krakowie, dyplom wyd. przez Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Université d’Orléans, dyplom wydany dn. 17 kwietnia 2013.

→ studia podyplomowe Ochrona Własności Intelektualnej, w ramach projektu „Kształcenie kadry akademickiej…”, Wydział Biologii i Biotechnologii, Uniwersytet Marii Curie-Skłodowskiej w Lublinie, dyplom wydany dn. 29 czerwca 2013 r.

→ letnie studia na Université d’été du droit continental, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Fondation pour le droit Continental (Civil Law Initiative), dyplom wydany dn. 17 października 2012 r. (stypendium Fondation pour le droit Continental).


Działalność naukowa

SPECJALNOŚĆ NAUKOWA - językoznawstwo romańskie

Aktualne badania naukowe łączą dwie dyscypliny : lingwistykę i prawo (w szczególności gramatykę tekstu, analizę dyskursu prawa i przekład prawniczy).

Monografia będąca podstawą nadania stopnia doktora habilitowanego

Marta Sobieszewska - "Clarté et précision du discours juridique : procédés référentiels dans les arrêts de la Cour de cassation"  https://www.amazon.fr/Clarte-precision-discours-juridique-referentiels/dp/8322791909/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=marta+sobieszewska&qid=1558970400&s=gateway&sr=8-1

Georges Kleiber, Katedra „Nauk o języku” USIAS (University of Strasbourg Institute for Advanced Study), Członek  Królewskiej Belgijskiej Akademii Języka i Literatury francuskiej, recenzja książki: 

Georges Kleiber, Chaire « Sciences du langage » USIAS, Membre de l’Académie Royale de Langue et Littérature françaises de Belgique

Objet : Avis sur l’ouvrage de Mme Marta Sobieszewska : Clarté et précision du discours juridique : procédés référentiels dans les arrêts de la Cour de Cassation (Wydawnictwo UMCS, Lublin 2019, 184 p.)

"J’ai grand plaisir à donner mon avis sur l’ouvrage de Mme Marta Sobieszewska (Clarté et précision du discours juridique : procédés référentiels dans les arrêts de la Cour de Cassation). D’habitude, ce genre de tâche est plutôt une corvée. Là, c’est le contraire, tant le livre de Mme Sobieszewska, par sa qualité et son entrain, à la fois théorique et empirique, force l’admiration. J’essaierai en quelques lignes de dire pourquoi. 

Le travail réalisé s’inscrit dans la tendance, de plus en plus forte actuellement, à la coopération de différentes disciplines, à leur intégration au sein de projets et démarches dotés d’un grand potentiel d’innovation intellectuelle. Il présente un avantage considérable sur d’autres initiatives de même nature, parce que Mme Sobieszewska met à profit, de manière remarquable, sa double formation, celle de linguiste, très appréciée par les romanisants polonais et européens, et celle de juriste professionnelle, disposant de diplômes polonais et internationaux de haut niveau. Avec sa monographie, Mme Sobieszewska participe activement à la formation et à l’évolution d’une discipline scientifique nouvelle, très prometteuse sur le plan théorique et pratique : celle de la jurilinguistique.

En tant que sémanticien et métathéoricien, je ne peux que louer Mme Sobieszewska de sa parfaite connaissance des textes aussi bien „classiques” sur la référence (Platon, Leibniz, Locke, Mill), que « modernes » (Frege, Russell, Quine) et contemporains (Milner, Ducrot, Halliday&Hasan). S’y associe une lucidité et autonomie intellectuelles plutôt rare de nos jours qui débouche sur une analyse des mécanismes référentiels relevés dans les 126 arrêts de la Cour de Cassation, émis au cours des années 1968-2015 dont la finesse et la précision sont remarquables. Je soulignerai tout particulièrement le choix judicieux du corpus : les arrêts de la Cour de Cassation sont en effet un modèle inégalable de précision et de clarté. L’analyse des exigences auxquelles ils doivent se plier au niveau des mécanismes référentiels, des choix parfois très difficiles parmi les expressions référentielles qui s’offrent au juge, apportent un éclairage nouveau sur les grandes questions de la sémantique contemporaine (gestion des embrayeurs, ambiguïtés, opposition usage référentiel/usage attributif etc.). L’observation minutieuse des procédures référentielles mises à l’oeuvre dans ces textes permet aussi de relever des faits nouveaux dans le domaine de la répétition littérale (qui ne se confond pas toujours avec l’anaphore fidèle) ou bien au niveau de la question, si délicate, de l’intégration des maximes dans les textes de ce type.

En tant que français, cet ouvrage m’a beaucoup appris sur la spécificité de la langue française du droit (qui nous concerne tous, finalement), tout particulièrement sur la performativité des sentences, mais aussi sur l’ampleur de la responsabilité qui pèse sur la personne du juge, notamment sur celle du juge de la Cour de Cassation, dont les arrêts sont définitifs. Le texte d’un arrêt est une parfaite illustration de la maxime austinienne « Dire, c’est faire », ce « faire » devant être autant que possible parfait. J’ai pu aussi élargir et approfondir ma connaissance... de la vie sociale de mes compatriotes, grâce à la richesse et la diversité des situations présentées dans ces arrêts.

L’ouvrage de Mme Sobieszewska s’inscrit très harmonieusement dans les initiatives et perspectives de la coopération européenne en matière d’élaboration et d’interprétation des textes de droit, dans l’exigence de bien connaître le droit de tel pays, mais aussi dans la tendance toujours plus nette à l’harmonisation et intégration de ces dispositions dans la construction de l’édifice du Droit Européen. 

In fine, je tiens également à rendre hommage ici au Professeur Kesik qui a contribué à la formation et promotion de Mme Marta Sobieszewska, dont la recherche contribuera au prestige et au rayonnement internationaux de votre Université.

Fait à Strasbourg, le 5 septembre, par un temps de soleil préautomnal,"

Georges Kleiber 

DOŚWIADCZENIE ZAWODOWE ZDOBYTE ZA GRANICĄ

→ 01.10. 2007 – 30.09.2009 : visiting professor, Facultad de Filosofia y Letras, Universidad de Granada, Hiszpania.

 


Ogłoszenia